黒板
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 » Owen Sebastian

Aller en bas 
AuteurMessage
Owen Sebastian

avatar

Masculin Coq
Messages : 25
Date d'inscription : 21/05/2010
Age : 25
Petit(e) Ami(e) : Aucun.
Métier : Elève.

Grimoire
Sexualité: Homosexuel
Ami(e)s // Ennemi(e)s:

MessageSujet: » Owen Sebastian   Dim 23 Mai - 17:59




✎ Owen Sebastian.

Faites l'amour, pas la guerre.

  • Nom : Owen
  • Prénom : Sebastian

  • Age physique | Age réel : 17 ans || 547 ans
  • Seme ou Uke ? : Uke
  • Elève ou personnel ? : Elève
  • Sexualité ? : Homosexuel
  • Nationnalité ? : Anglaise

  • Description Psychologique : Pour cette partie le mot est : Solitude. Il a toujours été un garçon rêveur et évasif, dans son petit monde avec son High – Tech comme il l’a fait plus jeune avec ses jouets. Il aime construire des choses, même créer en utilisant ses pinceaux sur une toile mais lorsqu’il peint quelque chose, les tons sont tristes, mélancoliques. Malgré tout, il n’aime pas être seul, délaissé, il aime la tendresse, croit en l’amour et toutes ces choses futiles à l’existence bien que certaines personnes affirmeraient fermement le contraire. Néanmoins il est resté jeune dans son esprit, sûrement à cause de son passé. Sébastian n’est pas quelqu’un d’ouvert, plutôt introverti, secret. Naïf, il gobe facilement ce qu’on lui fait croire. Faible, il pense être aimé de beaucoup de monde mais il n’en est rien. Enthousiaste et positif, il voit la vie comme un cadeau. Même s’il est trahit, il en veut rarement à qui que ce soit de par sa gentillesse. Mais depuis qu’on la rejeté, Sébastian s’est complètement renfermé, il n’était déjà pas maître de ses émotions mais là c’est pire encore. Il s’isole de lui – même bien qu’il n’aime pas ça étant donné qu’il n’est pas de nature solitaire. Aujourd’hui, il n’arrive plus à s’approcher des autres, même pas des plus jeunes. Il est devenu maniaque, il a peur de tout et surtout.. Chaque regard posé sur lui est comme une lame. Il a l’impression d’être à nu devant les autres, à découvert et dévoilé. Il s’évade de moins en moins avec sa musique ou la peinture, il a mal à en crier.. Être juste c’est être faible, être mauvais c’est être fort. Enfin, c’est ce que son père s’est tué à lui dire durant tout ce temps. Cependant Sébastian n’est pas quelqu’un d’apte à respecter ce dicton, du moins, celui de son paternel.
  • Description physique : Efféminé. Son physique réside sur ce mot. Un visage aux traits fins et purs, une peau de nacre lui faisant ressembler à une poupée de porcelaine. Des yeux en forme d’amande à l’iris d’argent. De petites lèvres à peine rosées. Par pure envie, il se maquillera le contour des yeux à l’aide d’un crayon noir, lui donnant un air encore plus féminin. Ses deux oreilles sont percées de différents anneaux ou simples formes ferrailleuses. Sa chevelure est d’un noir d’ébène, coupé mi – longue. Lorsqu’il passe au soleil, ses mèches ont une teinte d’un bleu profond. Grâce à une frange trop longue, il cache son œil droit qui n’a pourtant aucun soucis, bien que la nuit il voit beaucoup plus mal à force de garder sa mèche. Néanmoins, ses cheveux sont raides, aucune ondulations ou frisottis. Un grand corps chétif dépourvu de muscles, il est une loque au combat. Sébastian est strictement incapable de tenir tête à quelqu’un de plus imposant que lui. La peau sur les os, presque maladif, il est à se demander s’il se nourrit normalement. Son cou, plus bas, peu épais est marqué par des blessures violacées et bleutées, certaines cicatrices sont néanmoins encore visibles et surtout, choquantes. De longs et maigres bras, des mains blessées, de grands doigts blafards porteurs de bagues dorées ou en argent, certaines liées à des sentiments, d’autres simplement mises pour leur beauté. Son torse, lui, est totalement plat, sans entailles. Des hanches fines pour de longues jambes étroitement serrées dans des slims ou flottantes dans des joggings. Pour son style vestimentaire, Sébastian aime s’habiller avec goût. Il change rarement de look, comme dirait les Anglais. Alternant entre chemise à fermetures éclairs ou léger pull à col roulé, il porte des couleurs sombres, ou à l’inverse, très claires. Ses bas sont la plupart du temps des jeans ou de simples pantalons, il a horreur des shorts. Pour ses chaussures, chaque jour il en a des différentes : Vans, converses, basket ou chaussures de ville. Généralement il garde un style jeune, il ne s’aventure pas dans les vêtements adulte.

  • Histoire : Je ne pense pas que vous conter sa naissance serait intéressant. Comme la plupart des gosses, il est né dans un centre hospitalier. Sa mère était une jeune femme âgée d’une trentaine d’années, une grande blonde superficielle aux yeux d’émeraude. Son père, lui, était un homme d’affaire avec douze ans de plus que sa femme, ils étaient mariés. Ensemble depuis bientôt cinq ans, marié depuis trois ans. Un homme aux cheveux roux et aux yeux noisette. Pas bien baraqué, juste ce qu’il faut. Ils avaient longuement médités avant d’avoir un enfant et ils s’y étaient repris à plusieurs fois avant d’avoir un résultat concluant. Au début ils pensaient à une grossesse nerveuse, puis un petit garçon apparut à l’écran lors de l’échographie. Honnêtement, son enfance fut simple, jusqu’à l’arrivée de son petit frère, Sébastian. Bien sûr, il se réjouissait du fait de ne plus être seul, de partager ses jouets. Mais dès la naissance de l’enfant, il fut couvé avec précaution et inquiétude. Maladif, il aurait du être un mort né. Le médecin n’avait pas cherché à faire vivre le bambin mais ce dernier s’était battu avec toutes ses infimes forces afin de survivre, et contre son propre grès, il le sortit de l’hôpital, bien vivant.

    Ils habitaient dans un petit appartement en centre ville. En bas de l’immeuble, un commerce de proximité que sa mère tenait de temps à autre. Bien qu’ils n’aient pas besoin de cette boutique pour subvenir aux besoins de la famille, il est toujours utile de se faire un peu d’argent pour s’offrir des vêtements ou quelques friandises en plus. Même riche, la famille Anderson n’aimait pas se faire remarquer, ainsi, ils se mettaient à l’écart et à l’abri des regards indiscrets dans un petit logement comme ceci. Il était composé d’un modeste salon, d’une cuisine bien aménagée et de deux chambres. Une chambre pour le couple et pour les enfants. Brandon, l’ainé, était inscrit au primaire non loin de la mairie, tandis que le petit dernier, Sébastian, se contentait de faire quelques bêtises en maternelle. Déjà à la plus jeune école, ou presque, et il s’isolait déjà du reste de ses camarades. Malgré son jeune âge, il avait un corps trop efféminé, bien que ses parents aient déjà prévenus les adultes gérant les enfants afin qu’ils gardent un œil sur lui au cas il aurait quelques soucis corporel comme s’évanouir ou vomir. Il avait beaucoup de mal à se nourrir correctement, un adulte étant obligé de l’encadrer afin de le remettre sur «la bonne voie ». Pour un début, tout se passa plutôt bien dans l’ensemble, aucune difficulté apparente.
    Ce n’est qu’au primaire que Sébastian put rejoindre son frère qui lui, était en dernière année. D’ailleurs, c’est la première fois qu’il se sentit aussi esseulé. Brandon jouait avec les filles comme avec les garçons en riant, en souriant, ce que Sébastian n’avait jamais vu à la maison. Son frère semblait si sérieux chez lui, si.. Solennel.. Et là il semblait si libertin, sans aucun complexe ! Tandis que Sébastian l’enviait de son coin de récréation, il était incapable d’adresser un mot à son propre frère, trop timide voir impressionné par son comportement. Tout d’abord, il se mit à détester les filles qui lui arrachaient son frère, puis réellement à les haïr, même s’il n’en touchait toujours pas un seul mot à Brandon. Il ignorait comment faire pour reprendre son « bien », mais ce n’est qu’au collège que Sébastian commença réellement à bouger. Toujours, il suivait son frère dans ses études, dans son parcours scolaire. Tout deux excellaient dans chaque matière, sauf peut – être le sport pour le cadet.

    Au collège, le jeune garçon s’intéressa plus aux jeunes hommes qu’aux filles. Pourquoi ? Une simple attirance physique et mentale. Et puis, on avait déjà du mal à le discerner d’une personne féminine ou masculine, alors ils n’y verraient que du feu… Ou presque. Lorsque la sexualité de Sébastian fut à découverte dans la famille, il y eut tout un scandale. Il s’en rappelait nettement.. Ce soir d’Octobre, un mois après la rentrée de 4°, un temps pluvieux. Les deux garçons étaient rentrés en bus car M. Anderson avait appelé son plus jeune fils en catastrophe en lui ordonnant de rentrer le plus vite possible une fois ses cours terminés. Brandon, durant le trajet, ne lui avait adressé aucun regard. Il s’était alors sentit mal à l’aise et plus seul qui ne l’avait jamais été. Une fois rentré à l’appartement, l’ambiance avait été lourde, plus que d’habitude. Comme au quotidien, il avait déposé son sac dans la chambre et avait été «convoqué » au salon. Son père était assis là, dans le fauteuil de velours d’un bordeaux brodé de doré. Sa mère elle, totalement paniquée, était dans le divan. Ses mains tremblaient et elle se pinçait sa lèvre inférieure entre ses dents, son regard tourné vers le sol alors que sa jambe bougeait sous le stresse. D’une voix grave et, comme s’il ne souhaitait pas reconnaître la vérité, son père lui ordonna :

    « - Assieds – toi »

    Ceci fait, il savait très bien ce que voulait dire le fauteuil dans lequel il était assis. Généralement, c’était pour les mauvais jours ou les punitions, il s’installait rarement à l’intérieur mais il y avait passé plus de temps que son frère, d’ailleurs, ce dernier vint au salon et s’assit aux côtés de sa mère. Les lèvres de l’homme tremblaient, il semblait plus inquiet qu’il n’y paraissait, si ce n’est pire. D’une voix moins sûre, plus chevrotante que la précédente, il rétorqua.

    « - Est – ce donc vrai mon fils, que tu es.. Attiré par les hommes ? »

    Sébastian se tenait droit dans le fauteuil, les mains jointes sur ses cuisses tandis que son regard se baladait dans la pièce, flânant à ses idées. Mais la question posée fut comme une aiguille qui perça la bulle dans laquelle il était. Il hésitait, que devait – il dire ou faire pour ne pas fâcher ses parents ? Balançant ses pieds dans le vide, ses talons claquant contre le bas du siège, il garda le silence tandis que ses doigts trituraient son pantalon. C’est sur un « oui » affirmatif et les pleurs de sa mère que la soirée s’acheva.
    Bien sûr, Sébastian fut totalement isolé de par sa famille, ils l’ignoraient totalement, comme s’il n’existait plus. Il dut se débrouiller seul, jusqu’à l’âge de dix – huit ans. A chaque fois qu’il croisait le regard de son paternel, ses yeux tombaient sur ses pieds alors que sa mère voulait le chérir, mais M. Anderson le lui interdisait formellement, même l’approcher était devenu tabou. Au jour d’aujourd’hui, Sébastian s’est contenté d’une unique relation avec un homme qui l’a lâchement trahit et abandonné après avoir eu ce qu’il voulait. Il avait été un homme parfait, un amant des plus charmants… Oui, il l’avait été durant cinq longs mois..


    Et IRL ça fait quoi ?

  • Surnom : Shirô
  • Age : 17 ans
  • Sexe : Masculin
  • Présence sur le forum ? : Imposante ♥️.



« Au rêve du Prince Charmant »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kokuban.vampire-legend.com
 
» Owen Sebastian
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Sebastian Lacrymosa
» Signature de contrat - Owen Nolan
» Clasica San Sebastian (PT) =====> Wegmann (Colnago)
» [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université Kokuban :: || Avant Tout :: 

» Présentations

 :: » Vampire :: Fiches validées
-
Sauter vers: